Accueil

BIENVENUE DANS L’UNIVERS D’UNE INSOUMISE

BLOGUE

Articles d’opinion sur l’actualité (toujours bien référencés), le féminisme et le bien-être.

SERVICES

Conférences virtuelles à venir, séance privée de coaching PNL pour mieux te connecter à toi-même.

VIDÉOS

Des sujets tels que la plandémie, la PNL, le féminisme, des entrevues et 2 nouveaux projets en route.


QUI SUIS-JE ?!

Une femme de Montréal, dans la quarantaine, avec un parcours atypique. Toute sauf docile, je n’en fais qu’à ma tête et je suis l’élan qui me guide. Activiste de longue date pour différentes causes, mes aspirations ont toujours été les mêmes: réinventer le monde! (Rien de moins). Un pas à la fois, je fais de mon mieux.

Après mon secondaire V, plusieurs domaines m’intéressaient mais je n’avais aucune envie de choisir une branche précise et de continuer mon parcours académique au cégep. J’ai préféré voyager et je me suis manifestée un poste d’animatrice dans un Club Med. À 22 ans, je suis allée directement à l’université en tant qu’étudiante libre. J’avais soif d’apprendre. À l’UQÀM, j’ai donc étudié la psychologie de la perception, la pensée anarchiste et l’introduction à la sexologie. Bien que rassurée sur mes capacités intellectuelles, le système scolaire me déprimait. J’avais besoin de liberté. D’autres voyages m’attendaient, dont 5 années passées au Costa Rica.

Élevée par une mère sensible à l’écologie, j’ai milité très jeune pour la protection de l’environnement. En 2009, Greenpeace m’a confié le mandat d’être leur porte-parole lors d’une tournée nationale afin de rallier les 3 sphères responsables du massacre de nos océans.

À la suite de mon « basic action training », j’ai participé à quelques actions de désobéissance civile, notamment celle qui réclamait la fermeture de Gentilly-2, la seule centrale nucléaire du Québec (que Jean Charest s’apprêtait à rouvrir!) et celle où j’étais enchaînée aux grilles de l’entrée du port de Valero, là où finit la ligne 9b d’Enbridge, afin de pointer les risques d’un déversement de sables bitumineux dans le fleuve St-Laurent.

Il y a quelques années, pour cette même organisation, j’ai animé un Vox-Pop sur la forêt Boréale. À l’époque, je soutenais financièrement plusieurs causes environnementales. Aujourd’hui, je fais les choses autrement. Je ne porte plus vraiment Greenpeace dans mon cœur, mais je reste active pour conscientiser et sensibiliser les gens sur l’importance de prendre soin de notre belle planète. Nos gestes actuels déterminent la qualité de l’avenir des générations à venir.

Mon long parcours en programmation neurolinguistique (PNL) m’a permis d’intégrer la matière à 100% et mon party de graduation a eu lieu en 2015. Le titre de « Coach de vie » me paraît insignifiant pour tous les apprentissages qu’il contient. En réalité, « Maître praticienne en programmation neurolinguistique », c’est un titre plus juste et pas mal plus impressionnant. Mais sans expérience en tant que conférencière, je savais que personne n’allait solliciter mes services; c’était ma responsabilité de me mettre de l’avant. Après 2 ans de pratique en coaching individuel, je me sentais prête à créer, coordonner et animer le projet « Les 3 font le mois ».

L’idée consistait à réunir 3 coachs PNL sur une scène dans un bar, et chacun devait livrer une conférence de 30 minutes (pour un total d’environ 2h avec l’animation et le concours; 3 gros prix de présence pour le public à chaque mois). Une belle réussite tout au long des années 2017-18.

Fin 2018, un entrepreneur européen s’est manifesté pour acheter le concept. J’avais justement besoin de changement, j’ai donc accepté son offre et vendu mon projet.

Entre-temps, en 2016, j’ai créé la page Facebook et le site web du Vagin Connaisseur. Un projet qui voulait promouvoir les actualités en lien avec l’anatomie féminine. Les menstruations, l’avortement, l’accouchement, la ménopause, l’égalité des jouissances, l’esthétisme génital, la masturbation, les douleurs sexuelles, la jouissance, les viols, les femmes fontaine, les tabous… Il y a tant de choses à explorer et une saine curiosité vaginale, c’est tout à fait normal! En décembre 2017, j’ai eu un flash que j’attendais depuis belle lurette: FESTIVULVE. J’ai tellement ri.

J’ai décidé de mettre mon délire en action en créant un événement Facebook. Quelques jours plus tard, il y avait plus de 10K intéressés et plusieurs médias en parlaient. J’étais mal préparée mais j’ai foncé pour profiter de la visibilité et promouvoir mon plan: un festival sur 2 jours qui célèbre la diversité vulvienne d’une façon éducative, ludique et artistique. Bien que 50 salles aient refusé, mon 52e appel a porté fruit: le Festivulve avait un endroit pour se manifester. En 2018 et 2019, ce festival a bel et bien eu lieu.

Conférences, ateliers, exposantes, organismes, spectacles, DJ’s et le fameux VulvaBooth; un lieu privé où 2 professionnels offraient photographie et moulage de vulve. Rien de moins, tsé. Tu ris peut-être (sûrement), mais si tu savais à quel point les gens sont mal informés… voici la preuve, dans le « Clitoris vox-pop », réalisé à Montréal.

La 3e édition du Festivulve promettait d’être grandiose. J’avais trouvé les meilleures conférencières, des animatrices du tonnerre et réservé un immeuble complet sur St-Denis. J’étais prête en tabarnac. Et la plandémie est arrivée.

Je suis revenue de Cuba le jour de mon anniversaire (17 mars), c’était le chaos. Je me sentais comme si je jouais dans une série B apocalyptique. Le mal avait été fait durant mes vacances; le Québec avait été hypnotisé, programmé à avoir peur, endoctriné à se soumettre aux ordres. Au début, j’ai ri. J’ai pensé que cette folie serait passagère, que les gens finiraient bien par voir l’immensité du mensonge. Honte à ma naïveté, c’est tout le contraire qui s’est passé. Le délire collectif a empiré et très vite, tout a dérapé.

Résister virtuellement, avec des publications sur les réseaux sociaux et des montages vidéos, avait ses limites et j’ai senti l’élan de me mobiliser pour la Fondation pour la défense des droits et liberté du peuple début juillet 2020. Les premiers grands rassemblements avaient lieu.

Au nom de la FDDLP, j’ai organisé celui du 25 juillet à Montréal, la marche du 8 août à Montréal et celle du 12 septembre 2020. Peu de temps après, j’ai quitté la fondation mais je continue toutefois à soutenir l’initiative. En mon nom, j’ai ensuite organisé les manifestations suivantes:

Presque 2 ans après le début de cette mascarade, j’ai décidé de mettre l’accent sur ce que j’aime: la création de contenu (articles d’opinions, vidéos, conférences, etc.), la consultation de projets (aide en démarrage, structure, organisation, etc.) et la relation d’aide (visualisations, accompagnement, inspiration, etc.)

Voilà où j’en suis actuellement. Si mon profil te plaît, je t’invite à lire mon blogue, regarder mes vidéos, consulter mon offre de services ou à explorer l’onglet CONTACT.

Si ma face ne te revient pas, pick a number et souviens-toi qu’internet est GRAND.

Full love,

Infolettre

En traitement…
Yééééé! Tu es sur la liste!

Dons

Virement Interac

psychosesociale@gmail.com
Réponse: melgoyer

MERCI